L'auteur, ses amis et ses recommandations

Lee KENNETH

Professeur émérite d'histoire à l'Université de Géorgie et directeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes (IVe section). Lee Kenneth est l'auteur de deux ouvrages, écrits en anglais, sur le général William T. Sherman et sa célèbre marche à travers la Géorgie.

Lee Kenneth s'est également intéressé à la construction du cuirassé CSS Stonewall à Bordeaux. C'est à lui que ce site doit un document exceptionnel et inédit : la copie du contrat manuscrit passé entre Arman et Bulloch pour la construction de deux cuirassés (voir aussi : article "La France et les Confédérés, 1ère partie").

Couverture du livre "Sherman" Couverture du livre "Marching through Georgia" Couverture du livre "Gettysburg 1863 - Le tournant de la guerre de Sécession"

Frédéric NAULET

Couverture du livre "Antietam - Le jour le plus sanglant de la guerre de Sécession"

Docteur en histoire, Frédéric Naulet est membre de la Commission française d'Histoire militaire. Spécialiste de l'artillerie, il est l'auteur de plusieurs ouvrages et articles sur ce sujet. Jamais l'Union n'avait été aussi près de disparaître. Son sort pouvait se jouer sur une bataille décisive.

Le général Lee décida de forcer le destin en envahissant le Nord. Le 17 septembre, il affronta l'armée fédérale commandée par McClellan, surnommé le "jeune Napoléon", sur les bords d'une petite rivière du Maryland, l'Antietam.

Ce fut le jour le plus sanglant de l'histoire américaine. Un an avant Gettysburg, cette bataille marquait l'un des principaux tournants de la guerre; Elle devait, entre autres, permettre au président Lincoln de proclamer l'émancipation des esclaves.


Stève SAINLAUDE

Professeur agrégé et docteur en histoire contemporaine enseignant à la Sorbonne (Université Paris IV). Ses travaux de recherches portent sur l'histoire diplomatique de la France au XIXe siècle.

Couverture du livre "La France et la Confédération sudiste (1861-1865)" Couverture du livre "Le gouvernement impérial et la guerre de Sécession (1861-1865)"

La France et la Confédération sudiste (1861-1865)

La reconnaissance de la Confédération constitue la problématique centrale de la politique étrangère française à l'égard des Etats-Unis. Bien qu'elle semble apporter un certain nombre de solutions aux difficultés soulevées par cette crise, la France ne s'engage pas dans cette voie. Cet ouvrage se propose d'examiner les raisons qui poussèrent le gouvernement impérial à adopter cette politique tout en réfléchissant aux obstacles qui l'en dissuadent (l'esclavage, l'alliance avec l'Angleterre). Par l'examen des sources consultées et par son approche thématique, cette démarche inédite rend compte des arguments qui sont opposés par les diplomates aux tenants de la reconnaissance du Sud. Le lecteur entrevoit la sélection que les agents opèrent pour faire parvenir les informations au Quai d'Orsay et il profite d'un éclairage nouveau sur la façon dont le ministre définit les grandes lignes de sa politique à partir des renseignements fournis.

Le gouvernement impérial et la guerre de Sécession (1861-1865)

Si, prenant en compte le renforcement des échanges commerciaux entre l'Europe et le Nouveau Monde, Napoléon III s'inquiète des dommages que cause cette guerre civile à l'économie française, il perçoit aussi nettement les bénéfices à retirer d'un conflit qui pourrait modifier profondément les équilibres géopolitiques sur ce continent. Au risque de s'affranchir de la neutralité, à l'heure où la politique impériale prétend à une dimension mondiale, l'Empereur ressent le besoin d'intervenir dans le conflit qui déchire l'Amérique. Cependant, il doit compter avec la désapprobation de ses ministres des Affaires étrangères qui ne se résignent pas à abandonner cette posture diplomatique. Par les tensions qu'elle crée au plus haut sommet de l'Etat, la politique américaine du Second Empire durant la guerre de Sécession constitue ainsi un archétype des rapports qu'entretient Napoléon III avec les responsables de la diplomatie française.

Prix Napoléon III 2013

Prix Napoléon III

Le PRIX NAPOLÉON III 2013 a été décerné à Stève SAINLAUDE pour ses ouvrages La France et la Confédération sudiste (1861-1865) et Le Gouvernement impérial et la Guerre de Sécession (1861-1865). Ce prix lui a été remis le 30 novembre 2013 lors de la seconde édition du Colloque Rueil Ville Impériale dirigé par Jacques-Olivier Boudon, professeur à la Sorbonne et président de l'Institut Napoléon. La Ville de Rueil-Malmaison organise ce prix en partenariat avec l'Association historique Les Amis de Napoléon III, présidée par le baron Gilbert Ameil. Ce prix a pour vocation de récompenser un ouvrage sur l'Empereur ou qui relate l'histoire de la IIe République, du Second Empire ou du monde entre 1848 et 1873.


William PENSAERT

Nederlandse versie

William PENSAERT

William Pensaert est né en 1983 et sa passion pour la guerre de Sécession remonte à sa vision du film Le Bon, la Brute et le Truand de Sergio Leone. En dépit de son jeune âge (il avait six ans), il a tout de suite voulu tout savoir sur cette guerre et, depuis lors, il ne se passe pas une journée sans qu'il cherche à en apprendre davantage. Depuis lors, il a consulté plus de 150 ouvrages et pas les moindres puisque son intérêt se focalise sur les aspects socioéconomiques de ce conflit.

Sa démarche est rare et intéressante parce qu'elle couvre une période plus longue et beaucoup plus compliquée que les quatre ans de combats entre les "Bleus" et les "Gris".

En raison de son don pour les langues, William Pensaert a très vite orienté ses lectures sur des ouvrages écrits en anglais, une langue qu'il parle et écrit couramment. Mais ce n'est pas tout, il a étudié quelques langues slaves, notamment le Russe, le Slovène et le Bulgare et, à présent, il est sur le point d'obtenir un diplôme de traducteur du Slovaque. Il a occupé la fonction de public diplomacy officer à l'ambassade des Pays-Bas à Bratislava et a donné des cours à l'Université de Ruzomberok (Slovaquie). Dans le même temps, il a travaillé comme journaliste dans la presse néerlandophone.

Quoique ce remarquable polyglotte maîtrise déjà huit langues, il vise à en parler dix. Sa passion pour la psychologie l'a incité à étudier la thérapie Gestalt (résolution des troubles émotionnels et comportementaux). Comme thérapeute, il se spécialise dans le traitement de l'épuisement professionnel (burn-out), de la schizophrénie et de la bipolarité. William Pensaert a une troisième corde à son arc : le théâtre. Depuis 2006, il écrit et met en scène des pièces, en moyenne une par an. Il est l'auteur de Un héros de notre temps (adaptation du roman de Lermontov) ; Schizo Cupid ; In de ketel (monologue sur la bataille de Stalingrad) ; Lars Dwars ; In de laatste bocht ; In therapie ; Arm zijn is duur ; Kladderadash et Verkrijt (les aventures d'un professeur anarchiste). Cette dernière pièce a été traduite en français par Olivier Noël, en polonais par l'Université de Poznan et même en serbe par l'Université de Belgrade. William Pensaert a aussi rédigé des essais sur les aspects socioéconomiques de la guerre de Sécession.

Tandis que nous développons le remarquable C.V. de cet auteur, il prépare sa thèse de doctorat sur les divisions internes de la Confédération et traduit des romans écrits en anglais et en néerlandais. Son dernier ouvrage, Les derniers communistes et le jeune homme qui cherchait du boulot, est un roman satirique qui paraîtra en 2016.

Son cercle familial est résolument tourné vers la culture car sa femme, une Slovaque, approfondit sa connaissance de l'Allemand et du Néerlandais sans pour autant néglliger sa passion pour le théâtre et la photographie. William Pensaert collabore aussi avec d'autres écrivains, comme Patrick Bernauw, Anna Coudenys et Dominique Biebau. Son grand rêve est de diriger son propre théâtre et de publier des textes qui démasquent les mythes que les Sudistes ont fabriqués après la guerre.

William PENSAERT

William Pensaert (°1983) is al sinds zijn kindertijd gepassioneerd door de secessieoorlog. Sinds het moment dat hij de film The Good, the Bad and the Ugly zag als zesjarig kind, is er geen dag voorbij gegaan dat hij niet iets heeft gelezen of bekeken over dit conflict. Hij las minstens 150 boeken over dit onderwerp en blijft nieuwe boeken verzamelen. Aangezien hij graag ook iets anders wilde ontdekken en aanleg had voor talen, ging hij Oost-Europese Talen en Culturen studeren.

Aanvankelijk legde hij zich vooral toe op Russisch, Sloveens en Bulgaars, maar op dit moment studeert hij intensief Slowaaks.

Hij heeft gewerkt als public diplomacy officer aan de ambassade van Nederland te Bratislava, Slowakije en hij heeft les gegeven aan de universiteit van Ruzomberok. Hij werkte ook drie jaar als journalist bij de krant Solidair. Hij kan in principe elke slavische taal lezen en werkt momenteel als tolk en vertaler. Op dit moment kent hij acht talen, maar zijn ultieme doel is om ooit tien talen vlot te beheersen. Tegelijkertijd is hij erg gepassioneerd door psychologie en volgt hij regelmatige cursussen rond Gestalttherapie.

Als therapeut wil hij zich specialiseren in alles wat burnouts betreft en cliënten die een droom hebben, maar (nog) geen stappen durven zetten om die te realiseren. Sinds 2006 schrijft en regisseert hij elk jaar één toneelstuk. Hij is de auteur van, onder andere, Een held van onze tijd (een bewerking van de gelijknamige roman van Lermontov), Schizo Cupid, In de ketel (monoloog over de slag bij Stalingrad. Vertaald naar het Slowaaks door Zuzana Pištova), Lars Dwars, In de laatste bocht, In therapie, Arm zijn is duur, Kladderadash en Verkrijt (de avonturen van een nogal anarchistische leerkracht, vertaald naar het Frans door Olivier Noël, in het Pools door de universiteit van Poznan en in het Servisch door de universiteit van Belgrado).

Hij schreef ook heel wat kortverhalen, onder andere over de secessieoorlog. Momenteel schrijft hij zijn doctoraat over de interne verdeelheid van de Confederatie. Ook werkt hij aan een satirische roman De laatste communisten en de man die werk zocht, die moet verschijnen in 2016.

Zijn echtgenote is Slowaaks van origine, ze studeerde Duits en Nederlands, maar haar voornaamste passies zijn fotografie en theater. Hij werkt regelmatig samen met andere auteurs zoals Anna Coudenys, Patrick Bernauw en Dominique Biebau. Zijn grote droom is om ooit een eigen theatercomplex te hebben en tegelijk alle mythen rond de secessieoorlog te ontmaskeren.


Librairie de l'Escadron

rue de l'Escadron 1 - 1040 Bruxelles. Tél. 02 734 11 85

Tous les livres, les magazines et les grandes collections historiques

Librairie Galignani

224, rue de Rivoli - 75001 Paris
Tél. +33 1 42 60 76 07
www.galignani.com

Littérature - Beaux-Arts - Histoire Politique - Économie - Environnement
Livres en langue française et en langue anglaise

Pour visualiser ce site dans des conditions optimales, vous devez disposer d'Adobe Reader 8 ou + et d'Abode Flash Player 10 ou +